L'édito des mois précédents...

 

L'édito de Décembre 2015
Petit scarabé

 

Difficile de prendre la plume en cette fin Novembre. Tant d'écrits et de témoignages légitimes et poignants se sont inscrits au fil des jours un peu partout. Les évènements de ces dernières semaines nous ont tous bouleversés. La haine s'est montrée dans son atroce laideur. Au nom du rejet de certaines de nos valeurs et de notre mode de vie des actes incompréhensibles, injustes, aléatoires, terribles ont été perpétrés.

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Décembre 2015Des hommes, des femmes, des enfants sont morts pour s'être trouvés au mauvais endroit, à savourer des moments de joies et de plaisirs partagés. Ils ont eu à vivre cette terreur de l'instant, à sentir leur volonté de survivre à tout prix comme une évidence ou comme un réflexe. Certains y sont parvenus, et vivent un traumatisme psychique, une blessure profonde de l'âme, souvent une culpabilité prégnante et le défilement des images, des sons, des regards de leurs voisins du moment, victimes et démunis. D'autres ont vécu de près ces évènements sans que rien de visible ne se passe, mais la peur reste inscrite en eux. D'autres encore ont perdu des êtres chers, leur vie a été ainsi dévastée et restera marquée à jamais.
Pourtant, malgré la peur et la colère, le chagrin désespéré, beaucoup ont su garder la dignité, le calme et l'affirmation de leurs convictions humaines.

Respect pour tous !
 

Au coeur et au plus profond de la douleur, de la sidération et de la peur, de notre incrédulité devant ces messages de violence, nous pouvons - et devons - trouver un rayon de lumière et la promesse d'un espoir. Il nous reste un espace de liberté, pour chacun, sans angélisme ni évitement de la réalité . Celui d' agir et de choisir de regarder la réalité paradoxale de ce moment qui nous est donné à vivre. Il y a bien sûr l'effrayant, le terriblement douloureux, apeurant, et en même temps , le beau, le merveilleux, le si magnifiquement humain de l'homme.Ombres et lumières diraient certains, Yin et Yang diraient d'autres, cohabitation des facettes ambivalentes, contradictoires de l'Etre. Il est essentiel de savoir et de vouloir louer le beau qui émerge du chaos: les entraides au nom de la Vie, la compassion manifeste et agie, l'élan de solidarité combative qui nait, la volonté de ne pas renoncer… à la vie, aux joies, aux partages, au soutien, « au vivre ensemble » et au « rester debout » !

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Décembre 2015

Malgré et avec ces menaces et ce qu'elles révèlent de notre monde,
Avec et malgré les émotions fortes qui nous assaillent, parfois nous envahissent,
Malgré les questionnements, remises en cause, et déceptions de toutes sortes,
Choisissons la lumière. Volons plus haut, cherchons les vents porteurs, et les
courants ascendants, agissons avec puissance et volonté, ténacité et courage pour
aller vers elle, pour défendre ce en quoi nous croyons – dans notre quotidien - et
qui fait notre humanité !
Nous y trouverons alors les couleurs chatoyantes de la
nature, de nos natures en devenir.

© Crédit photo Marie CHARLES - Edito Décembre 2015

Oeuvrons pour garder notre liberté de coeur et d'âme. Refusons les amalgames, évitons les « à priori » , sans naïveté pour autant - avec lucidité et vigilance - au profit de la différence enrichissante et respectueuse, celle qui permet de construire, créer, aimer, partager, rire, chanter ensembles. Ayons foi en nos valeurs culturelles, sociales, Humaines.

Marie CHARLES

=> Téléchargez l'édito au format

[ Retour en haut de page ]


 
L'édito de Novembre 2015 Petit scarabé


"Le vent du désert balaie la trace du voyageur,
seul s'imprime le pas présent.
Le passé, le futur : du sable lissé par le vent"
J.Krischnamurti

© Crédit photo Marie CHARLES - Novembre 2015

Comme l'eau emporte nos secrets et nos peines dans ses tourbillons
Comme le sable porte trace de nos pas que  le vent et l'eau effacent
Comme le feu brûle en réchauffant nos corps et nos coeurs
Comme l'air emporte au loin nos rêves,  nos bonheurs et nos prières
Comme la terre garde mémoire des siècles d'Histoire et de vies …

L'instant présent est clef pour nous permettre de donner un peu de sens à notre existence
Il sera parfois empreint de douleurs, et le chagrin nous emportera un temps
Il sera fait de peurs devant les étapes imprévues, et nous devrons faire avec elles
Il sera envahi par notre colère devant l'injustice, l'impuissance, l'absurdité
Il sera aussi rempli de temps de joie profonde et d'émerveillements multiples
Cet instant, une fois ces émotions acceptées et traversées, sera souvent source de paix et de sérénité.

Serait-ce cela le respect de notre Etre profond ? Serait- ce cela reconnaître notre Humanité ?
Se savoir capable de penser, apprendre, comprendre et d'en faire quelque chose d'élaboré ensuite.
Mais aussi se découvrir bienveillant envers notre enfant intérieur, qui sent et ressent, incapable de mettre du rationnel et du sens aux choses de la vie.

Juste cet « Ici et maintenant » pourra nous permettre la joie intense du partage et de la rencontre avec soi-même, et avec l'autre. Cette conscience de l'instant présent, volontaire, qui nous demande de faire l'effort de cette approche si décalée avec nos vies quotidiennes.
Un regard qui effleure, pour regarder ensuite vraiment, au-delà du paraître, et donner tout simplement l'intensité de ce contact, sans enjeu et sans évitement.
Un sourire qui dépasse le langage social pour exprimer un lien, un accueil authentique, et échanger en vérité, avec et malgré les différences.
Un geste , un « aller vers » au service du Soi et du Nous.

© Crédit photo Marie CHARLES - Novembre 2015

Et, ce ne sera qu'un instant dans le présent,
Qui engage à ce tout en qualité, mais n'engage pas à plus,
Qui ne peut exiger le toujours, et souffrira du jamais plus
Juste, ce moment, en présence à soi, au nous !

A très bientôt !

Marie CHARLES

=> Téléchargez l'édito au format

[ Retour en en haut de page


Petit papillon L'édito d'Octobre 2015

Petit scarabé

 Quand notre vie bascule...

Photo Edito Octobre 2015 - © Marie CharlesQuand notre quotidien est balayé par les évènements de la Vie…
Que nous passons de la tranquillité à la tempête
De la sécurité à la peur de demain,

 

 

 

Comment affronter et traverser ?

Comment nous confronter à la réalité du moment, injuste peut être, incompréhensible parfois, imprévisible, douloureuse, et déstabilisante ? Comment faire place à nos émotions et notre affect tout en gardant une capacité de réflexion, d'analyse et de choix pour agir ?

Séparation, maladie, décès, licenciement, recherche de travail, harcèlement, maltraitance … la liste serait longue des pertes et renoncements de toutes sortes… Ces évènements viennent changer la trajectoire de notre vie installée, modifier notre vision du monde et de notre place, et obligent à la transformation.

 

Arrêtons-nous et regardons...

 

Photo Edito Octobre 2015 - © Marie CharlesSans trop remplir avec le Faire, observons ce qui est, ce qui émerge et se profile, avec courage et honnêteté.

Tentons de discerner ce qui est et ne pourra être changé, de ce qui peut évoluer,  se transformer, s'ajuster, et gardons ainsi un peu de calme intérieur.

Accueillons la multiplicité de nos émotions, les vagues qui nous envahissent, les états qui nous traversent, en gardant présent à nous que tout cela est juste et va se traverser et muter.

Souvenons nous que chagrins et colères font partie de ce processus de transformation de nos vies. Que la peur est aussi source de force, quand elle ne nous paralyse pas, qu'elle nous aide à entrer dans un mouvement de croissance, que nous pouvons faire beaucoup malgré et avec elle.

Prenons le temps …

Celui d'identifier ce que nous ressentons et les conséquences psychologiques, physiques, matérielles, de l'évènement.

Celui de reconnaître ce qui a été, et qui nous a menés là, notre impuissance ou nos parts de responsabilités, les solutions possibles ou le lâcher prise et le soin de soi indispensables.

Celui d'élaborer et de discerner les priorités. Soyons attentifs à ce qui va nous aider dans cette étape, et ce qui peut nous freiner, voire nous remettre dans nos scénarii de base : culpabilisation, rejets, jugements... Envers soi ou les autres.

et laissons du temps au temps !

Photo Edito Octobre 2015 - © Marie Charles

Soyons tolérants avec nous ! Submergés ou coupés de nos ressentis, bouleversés ou rationnels, nos défenses vont prendre le relais et elles ont leur utilité. Nos capacités d'assimilation sont variables, toutes différentes, alors un peu de douceur pour nous même – et pour les autres ‐ sera la bienvenue.

Acceptons notre processus, nos forces et nos fragilités, sans pour autant éviter, et cheminons avec les outils de connaissance que nous avons…

Seulement alors, nous mettrons du sens, quand le plus fort de la tempête aura été passé, quand tous les actes utiles auront été posés, quand les intensités émotionnelles seront calmées, et que les questionnements ne viendront pas nous percuter mais au contraire nous ouvrir à demain, un « autrement » riche d'expériences nouvelles.

Marie CHARLES

=> Téléchargez l'édito au format

[ Retour en haut de page ]


L'édito de Septembre 2015

 

Le temps des vacances touche à sa fin  pour la plupart d’entre nous. L’école rouvre ses portes pour les petits,
Les contraintes reviennent pour les plus grands. Et nos rencontres régulières reprennent !!
J’en suis heureuse pour ma part, impatiente de vous entendre et de cheminer avec chacun de vous.

 

Photo édito Septembre 2015 - Marie CharlesL’été – entre chaleurs et détentes -  a été l’occasion de nous émerveiller, de prendre un peu de temps pour observer autrement ce qui nous entoure.

La nature est étonnante, merveilleuse, surprenante, fascinante. Encore faut il cesser de juste « surfer » sur ce qui est là, pour regarder, détailler longuement,  ce qui nous est donné à voir. Les formes complexes, les couleurs multiples et chatoyantes, les transparences ou l’opacité qui se revèlent avec les lumières de la journée, le mouvement fluide et naturellement  adapté, la délicatesse alliée à la souple résistance pour favoriser la Vie.

... Admirer l’harmonie est souvent simple !

Photo édito Septembre 2015 - Marie Charles
Et,  parfois, la nature nous prend à contre-pied, nous propose l’étrangeté, la différence qui dérange, surprend, nous fascine. Comme un autre, venu d’ailleurs, qui se donne à voir. Un regard inquiet et inquiétant qui nous décrypte attentivement, sur le qui-vive. Et nous-même  l’observons avec prudence et curiosité.

… Aimer la disharmonie est plus difficile...


Cette rencontre nous offre pourtant, au-delà des premières impressions, des formes, des couleurs, des transparences délicates, des rudesses, tout aussi présentes, interpellantes, touchantes, bouleversantes.. Si nous lâchons nos peurs et nos à priori, nous découvrons une autre beauté !

Et si… miroir nature aux reflets multiples nous parlait de nous, de ce qui est aussi en nous.


Savons-nous regarder avec attention, volontairement et consciemment ? Savons nous nous attarder au plus près, pour – à chaque regard – discerner la beauté de soi et de l’autre ?  Il ne s’agit pas tant de  "beauté" codifiée par les modes, mais bien de tout ce  qui peut nous émouvoir par son harmonie ou sa disharmonie, toujours dans son unicité : une courbe, un geste, un regard, un sourire, un cil, une larme, un sourire ?

Vous souvenez-vous de la dernière fois ou vous avez ressenti une émotion profonde devant la beauté naturelle et intense, simple et émouvante, de vous ou de l’autre ?

Très belle rentrée à nous tous !

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]

 

 

 


L'édito de Juillet-Août 2015


 L'espérance - Poème d'Andrée Chedid - © Crédit photo Marie CHARLES


J'ai récemment découvert ce poème, grâce à l'une d'entre vous… Merci ! Je l'ai aimé, ressenti et j'ai vibré à lui quand il susurrait à mon oreille, à mon coeur et à mon âme. J'ai imaginé vous le faire partager afin qu'il accompagne notre été,
Entre espoir et espérance
Entre acceptation et lutte pour la Vie.
J'espère que vous l'aimerez aussi …

© Crédit photo Marie CHARLESL'été est là… le temps des vacances aussi
Chacun se prépare, se projette, rêve un peu
Certains- aussi - redoutent ces semaines de solitude et de vide…ne les oublions pas !

Et le temps a passé, passe et passera ….

Ce début d'année a été dense, et riche de découvertes,
De rencontres, de chemins personnels escarpés. Bien.
Profitons de notre été pour cultiver les acquis, les compréhensions de nos parcours, continuer nos choix d'évolution, et les acter, pas à pas.
Quels qu'aient été ou soient nos souffrances, nos manques et nos douleurs, quelles qu'en soient les causes, les origines, nous avons à les regarder en conscience, en mesurer les conséquences, à pleurer avec et sur notre enfant blessé, lui donner la voix nécessaire à la plainte, à la rage, à l'exigence de reconnaissance. Cela est bien …

Et, après le temps de la plainte et de la douleur
Vient le temps des choix et des mises en actions

Nous avons à décider ce que nous ferons de notre histoire
et de ce que les autres ont fait de nous. Nous avons à
choisir ce que, en adultes responsables, nous allons
construire comme avenir au plus près de nos espoirs et de
nos souhaits, dans le cadre de nos contraintes de réalité
bien sûr. Ce qui prédit des renoncements sans doute.

Ce temps de « vacance » nous offre un doux répit

© Crédit photo Marie CHARLESPeut-il nous donner
En plus du parfum des roses
Du bleu des mers
De la douceur de l'air
De la beauté de la nature

La force de nous poser
De nous émerveiller
De regarder et d'écouter vraiment
Tous et toutes, tout et chacun chacune.

Le désir de penser notre à venir et de le rêver

De le faire nôtre dans une vraie volonté de le créer
D'imaginer le pas à faire vers lui, sans forcer
Mais en mobilisant notre énergie pour bouger et agir
Juste dans le désir d'Etre Soi en Vie ?

Je nous le souhaite à tous.

Très bel été à tous...

 

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]


L'édito de Juin 2015

 

«Au milieu coulait une rivière» et, tenaces, «nous murmurâmes à l'oreille des chevaux» fougueux de nos Etres …nous rencontrâmes des poissons fous, des lions rugissants, des tambourineurs puissants, et un petit scarabée – symbole du soleil levant, qui apporte vie et fertilité !
Ainsi nous apprîmes la patience et le recul, le temps nécessaire à l'élaboration, et le plaisir du chemin fait. Nous sûmes tenir nos démons intérieurs aux mors et calmer leurs ardeurs destructrices, comme laisser nos énergies vitales se libérer joyeusement. Nous cheminâmes ainsi vers l'acceptation de ce qui a été parfois, de ce qui est ici et maintenant, et de ce qui sera, sans doute aucun, un ou des passages douloureux dans nos vies.
Et nous en sortîmes plus grands, plus forts, plus humains !


Ce beau et long voyage vers l'acceptation de ce qui est dans nos vies, nous a permis de revisiter des thèmes essentiels de notre Etre au monde. Nous avons cultivé la conscience de nous : Etres imparfaits, impermanents et apeurés, idéalistes, exigeants, emplis de rages face à l'injustice de nos vies, et du chagrin des pertes, capables d'humilité et d'amour aussi. Nous avons su nous confronter aux réalités dans des traversées intimes, ensembles.

Nous avons questionné notre propre impermanence, posé avec ténacité les axes de notre réflexion,

  • Nos valeurs essentielles cohérentes -ou non- avec nos choix de vie et qui nous sommes aujourd'hui
  • Les actes sources de fierté, et ceux qui font émerger la honte ou la culpabilité, preuves de nos limites, de nos imperfections humaines ET de notre capacité à évoluer et à nous ajuster en conscience, autrement.
  • Ce que, dès maintenant, nous voulons faire, dire, agir en termes de liens, d'amour, de « je t'aime » offerts aux êtres importants de notre vie, afin de donner et recevoir des paroles vraies, comme des trésors à garder.
  • Ce que nous voulons pouvoir dire de nous-même, et donc espérons que les autres diront au jour de notre disparition, sous la forme d'une « épitaphe » créée et partagée, qui fera trace et guidera nos actes à venir.


Nous avons osé nous confronter aux pertes et renoncements que la Vie nous impose,

  • Pour affronter la peur de la douleur dévastatrice et vertigineuse de la perte, et l'apprivoiser un peu,
  • Pour vérifier où en sont nos deuils passés, engrammés dans notre coeur et notre corps, les faire évoluer encore.
  • Pour apprendre à remercier pour ce qui nous a été donné, aussi, sans nier les souffrances mais en lachant.
  • Pour reconnaître les forces comme les fragilités de tous, sortir de nos postures d'enfants blessés –sans les abandonner - et mettre en oeuvre nos responsabilités d'adultes créateurs de notre à-venir,
  • Pour dénouer les liens mortifères avec le passé – ou le présent –, renoncer à certaines attentes impossibles, et choisir le risque de la solitude pour construire notre Etre et aller vers demain,
  • Pour décider de savourer le moment présent et ce qui est, sans laisser la pudeur, la culpabilité, … servir d'évitement, et assumer la responsabilité pour chacun, de ce qui devra– ou non – être acté avec nos proches.


Nous sommes allés à la rencontre de notre corps, dans l'intimité d'un dialogue aimant et respectueux avec chaque partie – aimée ou non – de nos corps.

  • Chacun a pu entendre alors ses souffrances, ses accords et désaccords, ses refus, et ses conseils avisés.
  • Chacun a commencé à se regarder plutôt que de se voir, et se comparer à un idéal incarné ou fantasmé, au travers des regards des autres, fabriqués par nos démons jugeants et destructeurs.
  • Chacun a pu apprendre à s'accepter déjà un peu et à accorder du crédit à ses ressentis corporels !
  • Chacun peut alors choisir de poursuivre ce dialogue, et apporter des réponses appropriés à ses besoins


Une fois tout cela dit …., il reste ce qui ne peut être accepté, dans nos vies ou dans La Vie, ….et cela est Juste !

Tout cela est le fruit de notre traversée
– riche et dense - en stage.
Mais, n'est ce pas ce que tout Homme
se doit de questionner ?

Alors, n'attendez pas …. Le temps passe .. Et nos vies se construisent maintenant.
Bonne route.

Marie CHARLES

PS : Pour les participants les photos seront disponibles sous 15 jours. Je vous enverrai le lien sur site ! Merci à chacun.

[ Retour en haut de page ]


L'édito de Mai 2015

"Si tu veux comprendre le mot bonheur, il faut
l'entendre comme récompense et non comme but."

Antoine de Saint-Exupéry

Mai est là ! Le soleil nous a un peu réchauffés ces derniers temps. La nature se pare de ses douces couleurs. Entre les verts tendres des arbustes, les doux mauves des glycines, les jaunes éclatants des genets, nos lilas multicolores choisissent, eux, de nous embaumer !

© Marie CHARLES - Edito de Mai 2015

Alors qu'il en soit de même pour chacun de nous…
Laissons émerger nos couleurs et nos parfums
Acceptons qu'ils ravissent parfois les yeux et les coeurs,
Sachons aimer et amplifier notre Etre au monde !

 

Un peu de Savoir ?
Le muguet signifie le retour de la joie, il est le messager de l'amour. Il se manifeste au moment du renouvellement et du réveil de la nature. Il fait partie des précurseurs et il évoque l'effort perpétuel de la réincarnation; dans la nature, il est l'un des représentants de la saison nouvelle. Le muguet signifie le retour de la joie, il est le messager de l'amour.
 

Un peu d'actualités ?
Mai commence avec le stage d'été... 6 jours, dans une nature florissante, et en autarcie totale, ou presque ! Un voyage qui se promet intense, au cours duquel nous allons chercher force et sagesse à la fois, pour accepter ce qui est et ne peut changer et cheminer vers plus de liberté et d'autonomie. Nous y traverserons sans aucun doute des espaces sombres du passé et des évènements douloureux de nos Vies. Nous explorerons notre vision de nous-même, agirons pour nous accepter tels et comme nous sommes, et ferons évoluer ce qui peut se transformer. La puissance de ces vagues intérieures nous submergera peut être parfois, mais la confiance sera là et le soutien de chacun nous mènera vers des plages plus calmes après la satisfaction d'avoir parcouru un bout de chemin de plus pour tous.

© Marie CHARLES - Edito de Mai 2015

Alors, je me réjouis de ces journées et de ces temps partagés au coeur de nos ombres et dans
la beauté de nos lumières !
Je nous souhaite un mois de Mai serein et doux, empli d'espoir et de respect de la Vie et des Etres.


Beaucoup de bonheur pour tous et pour chacun !
 

"Écoute ton coeur. Il connaît toute chose parce qu'il vient
de l'Âme du Monde et qu'un jour, il y retournera."

Paulo Coelho

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]


 

L'édito d'Avril 2015

 

"Un seul printemps dans l'année... ,
et dans la vie une seule jeunesse"

Simone de Beauvoir"

 

Le printemps est là, ou devrait être là, au moins en terme de dates. La promesse de la douceur des températures, d'un ciel plus clément, du soleil qui réchauffe et fait éclore les premiers bourgeons…

© Marie CHARLES - Edito Avril 2015

Et… la réalité de nos cieux instables, du froid matinal, des pluies drues et des vents en bourrasques…nous contraint à regarder autrement ces jours à venir, pour le moment !

Chaque année la vie revient, chaque fois l'espoir renait, le désir de changer des choses, de s'élancer vers du mieux, de s'ouvrir aux projets. Beaucoup y parviendront encore cette jolie année, ce bel été, je n'en doute pas, et c'est avec bonheur que je leur souhaite un très beau mois, de très beaux mois.

Et, pour certains, les évènements de leurs vies basculent, la peine et la peur prennent le devant de la scène. Alors comment traverser et garder courage ? Quand la violence est là, que la maltraitance est à nos portes, quand des actes agis au nom de croyances ou de douleurs personnelles entrainent les séparations, la mort, la vengeance, et les larmes de tous, comment croire en la beauté de notre humanité ? Quand la peine et l'impuissance nous touchent chacun, dans nos liens personnels, et nous obligent à regarder s'enfuir la vie et une part de nous avec… comment continuer ? Quand nous sommes contraints d'assister à la perte d'une humanité digne et respectable, comment supporter ce déchirement et cette injustice ?

© Marie CHARLES - Edito Avril 2015

Se souvenir que la vie est impermanence, que chaque lien ou bien est sujet à une fin, que savourer les instants présents est la seule réponse sensée afin de garder en soi les images des moments heureux, en faire ensuite les pépites précieuses au fond de notre coeur et de notre âme. Se souvenir qu'ombres et lumières nous habitent, nous font blesser, détruire parfois, et tenter de ne garder que la lumière intérieure, après un long processus de deuil.

Négocier, subir et traverser avec la peine et le chagrin, l'impuissance à ne pouvoir soulager, le silence et le vide des ces au-revoir douloureux et déchirants. Puis Accepter ce qui est, qui nous contraint. Faire avec la conscience vive de notre condition d'être humain, de passage, afin de remplir nos vies d'un peu de ce qui fait sens, et chercher comment laisser une infime trace de nous au monde.

"Comme le voyageur s'arrête au gîte d'étape
Ainsi l'être qui fait le voyage de l'existence
Séjourne dans une vie!"

Shantideva

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]



L'édito de Mars 2015

"L'impermanence est un principe d'harmonie
Quand nous ne luttons pas contre elle
Nous sommes en harmonie avec la réalité"

Pema Chödrön

© Marie CHARLES - Edito Mars 2015

 

Quelques évidences qui nous sont si difficiles à accepter :
 

Tous les êtres naissent, vivent et meurent.
Les liens se font et parfois se défont, et nous perdons nos attachements dans la souffrance.
Tous nous avons à faire avec le vieillissement, la perte, le renoncement, la maladie parfois, la mort….
Tout évolue, tous nous changeons, rien n'est jamais sûr. Nous rêvons d'autre chose, nous construisons un avenir fait de projets multiples, et nous aurons à vivre leur réalisation ou leur transformation,… ou à traverser leur abandon.
 

© Marie CHARLES - Edito Mars 2015

 

L'impermanence est au coeur de nos vies.
 

  • Nous pouvons nous accrocher à nos souvenirs, nos liens perdus et refuser de lâcher l'idéalisation de nos moments passés, de ce que nous avions, n'avons plus et peut-être n'aurons plus jamais.
  • Nous devrons pleurer nos rêves, les visages aimés, les temps partagés, nous battre avec les « et si… » et négocier avec la réalité.
  • Nous pourrons nous rebeller contre cet autre qui – dans sa mort ou dans sa vie, nous abandonne, nous quitte, nous trahit, nous contraint à sentir cette douleur, et nous laisse au milieu du chemin, seuls.
  • Nous laisserons parfois place à la peur, de l'avenir, de l'autre et de nous même. Nous replier, nous enfermer, ou chercher la réponse dans les autres, nous soulagera un temps, évitera la prise de risque, apaisera notre solitude existentielle, et n'effacera pas cette réalité.
  • Nous tenterons de nier, dénier, ce qui est et ferons porter à cet autre abandonnant la responsabilité de notre souffrance, notre vide, notre insécurité affective, notre douleur.
  • Nous nous culpabiliserons de n'avoir pas su, pas pu, pas réussi, raté, oublié, et nous fustigerons de notre inconséquence, notre incapacité. Nous allons ainsi nourrir les liens mortifères.

 

Nous pouvons refuser de Vivre ce qui est,
éviter le chemin de l'acceptation du réel,
et donc ne pas construire avec ce qui a été, 

Ou bien …

nous pouvons choisir de cheminer vers
l'acceptation de la réalité de notre condition d'Etre humain
l'impermanence
.

  • Nous chercherons alors – même dans les temps douloureux – ce qui fait sens et peut nous aider à croître et évoluer.
  • Nous nous émerveillerons de ce qui est bon, doux et contiendrons en conscience notre mental qui veut comprendre et juge, au détriment du plaisir de l'instant.
  • Nous laisserons glisser les colères et les violences pour savourer les instants, chaque regard, chaque sourire, chaque rencontre tout ce qui est Vie.

 

© Marie CHARLES - Edito Mars 2015

"Demeurons simplement dans la fraicheur inaltérée de
l'instant présent, dans la limpidité de la pure
conscience éveillée"

Matthieu Ricard

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]


L'édito de Février 2015
 

 

© Marie CHARLES - Edito Février 2015

Ce mois de janvier a été marqué, au cabinet, par la dernière session de la formation en Analyse Transactionnelle. Depuis Juillet 2013, 18 jours de travail approfondi pour acquérir la connaissance des concepts de cette approche, d'en expérimenter la subtilité et la puissante profondeur, de vivre pleinement les étapes de croissance d'un groupe au long cours. Nous avons partagé des Savoirs, du Savoir-Faire et des Savoir-Etre tout au long de cette formation. Nous l'avons ancrée dans nos coeurs et nos têtes bien sûr, et, pour garder en mémoire à la fois le travail fourni, la fierté des choses bien faites et menées à bien, et la richesse de ce groupe, un « Certificat en AT » a été remis à chacune, qui valide officiellement les nombreuses heures passées – ensemble ou non - à étudier, questionner, vérifier, élaborer et intégrer cet outil.

Nous avons bouclé ce dernier week-end dans le plaisir du chemin parcouru par chacune, la croissance et l'évolution des consciences et des personnalités, la tristesse de la séparation.

Toutes mes félicitations à
Catherine, Gaëlle, Malika, Marie et Valérie.

© Marie CHARLES - Edito Février 2015
 

"... le courage de changer les choses que je peux changer
La sérénité d'accepter celles que je ne peux pas changer
La sagesse de distinguer entre les deux."

Marc Aurèle
 Accepter ce qui est
Thème du nouveau stage d'été, du 5 au 10 Mai 2015
6 jours pour soi, à partager, à vivre, à traverser.


Un temps pour cheminer vers l'acceptation de ce qui a été, ce que cela nous a fait et de ce que nous avons pu en faire, de qui nous sommes, et donc de ce qui est aujourd'hui .

  • Choisir de lâcher ce qui nous a façonnés et qui ne peut être changé.
     
  • Choisir de louer l'étincelle de Vie qui nous a permis de survivre aux douleurs et aux injustices.
     
  • Choisir d'agir sur le présent pour construire notre Demain.


Du temps pour accueillir nos formes de penser, nos façons d'aimer, nos corps blessés, nos capacités à être en lien, avec nous-même déjà, pour l'être avec l'autre, dans sa différence.

Forces et fragilités, différences et ambivalences, nous constituent et nous rendent uniques.
Notre refus de nous, nous rend vulnérables et
fait de nous notre pire ennemi.
Notre acceptation de qui nous sommes nous rend plus forts
Et nous permet de trouver notre place et notre Puissance

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]


 

L'édito de Janvier 2015

Mes meilleurs voeux pour 2015

 © Marie CHARLES - Edito Janvier 2015

"Si vous ne pouvez pas voler, alors courez
Si vous ne pouvez pas courir, alors marchez

Si vous ne pouvez pas marcher, alors rampez
Mais quoi que vous fassiez,
vous devez continuer à avancer"
Martin Luther King 


2014 est passée… 2015 commence

Tous nous avons eu à traverser cette période de fêtes, entre plaisirs et tristesses, relations denses et solitudes, tendresse et conflits, parfois dans des liens authentiques, souvent pour faire « bonne figure » ou « comme si ». Certains ont eu le bonheur de s'émerveiller devant les rires et sourires des enfants. Tous nous avons eu à vivre ou rejouer des situations pesantes et douloureuses, ou au contraire apaisées et nourricières affectivement.

C'est souvent le moment des retours sur soi, des regrets, parfois des remords. Je fais le voeu que cela ait pu aussi être celui des constats positifs, des bilans qui renforcent notre estime de nous, qui nous font mesurer notre capacité à l'ajustement malgré les souffrances, et nous font alors accepter notre juste nature humaine, impuissante parfois, imparfaite et fragile.

"La vie est comme un arc en ciel ! 
Il lui faut à la fois de la pluie et du soleil
pour que ses couleurs apparaissent"

A Ramayia 
 

Ce premier édito de 2015, j'ai souhaité en faire un sujet à réflexion… autour de la vie, de la sagesse, de notre engagement dans nos vies, de notre capacité d'émerveillement.

"La sagesse commence dans l'émerveillement"
Bossuet

Se laisser toucher par la beauté de la nature ou des objets, voilà qui est assez simple. Se laisser bouleverser par les parties lumineuses de la nature humaine, savoir les admirer, les apprécier, les louer même… voilà un choix de vie. Tous nous avons su trouver des façons de nous maintenir vivants avec et malgré les vécus de nos parcours. Tous nous avons su trouver des ressources, même si elles ne faisaient que nous aider à supporter. Quand il nous devient possible de mesurer le chemin parcouru, les causes de notre mal-être et les conséquences du passé, nous pouvons alors choisir de nous émerveiller de nos stratégies de survie, et ainsi aimer notre « enfant intérieur » pour lui donner ce qui lui a manqué alors. Nous devenons autonomes, adultes, responsables et capables de nous protéger nous-même, de faire les choix de vie utiles et justes pour nous. Mais, ne serait ce pas cela le chemin thérapeutique ?

Alors à bientôt !

Marie CHARLES

 © Marie CHARLES - Edito Janvier 2015

"L'obscurité ne peut chasser l'obscurité
Seule la lumière le peut
La haine ne peut chasser la haine
Seul l'amour le peut"

Martin Luther King

[ Retour en haut de page ]


 

L'édito de Décembre 2014


© Marie CHARLES - Edito Décembre 2014Petit matin dans la brume !
Quelques toutes petites heures de
sommeil, et pourtant…

Emerveillements dans ce lieu..
Magie du partage en continu,
Volontés de la quête de Soi,

Tout était là, bien présent …
Et … le stage d'hiver a pu se vivre
pleinement.


3 jours hors du temps, du bruit, de la précipitation, du quotidien (*).
Juste un espace extérieur au service de notre espace intérieur !

Le lieu nous a offert une nature magnifique, entre terres, eaux, cieux, et parfums, tous en multiples couleurs et formes. Nous y avons vécu les ensoleillements et les froideurs, entre brumes et clartés.

Notre totale autarcie, et donc nos permanentes interactions nous ont permis d'explorer nos chemins de Vie et de continuer des mutations fondamentales, de sentir et vivre la complicité des instants ludiques, le pragmatisme des partages de tâches, le soutien puissant dans les instants de doutes et de questionnements. La création de ce lien de confiance, choisi, élaboré en conscience, quels que soient les écueils et les zones à explorer, a permis une Vérité partagée de nos ombres, et de nos lumières.

Nous y avons trouvé la force d'accepter, de reconnaître, le plus sombre et le plus somptueux de nos Etres, au cours de « voyages » bouleversants de profondeur, d'intensité, et de simplicité. La transformation est en route, je n'en doute pas.

La vôtre…
   ...et la mienne, comme thérapeute, accompagnante, femme, avec vous. Merci

© Marie CHARLES - Edito Décembre 2014

Notre groupe continu a connu ces derniers mois des écueils, des changements parfois très bouleversants. Après les étapes d'observation et de fusion, nous voici rendus à celle de la différenciation. Chacun est unique, et peut affirmer son ressenti comme sa pensée. Ces phases nous ont fait grandir et nous solidariser autrement. Nous avons expérimenté cette étape indispensable dans l'évolution d'un groupe, qui fait écho aux phases d'opposition et d'indépendance dans nos famille avant d'avoir accès à l'interdépendance. Et nous avons su mener à bien, ensemble, un beau départ, une séparation
saine !

Du chagrin, de la surprise dérangeante, de la peur de perdre, nous avons su faire émerger le bonheur d'avoir cheminé, le plaisir de partager un moment d'authentique respect, le bouleversement d'entendre les mots et les chants qui disent la beauté des Etres, regardés et entendus. Merci pour cela à V, C, M, M, H, M, S.

© Marie CHARLES - Edito Décembre 2014

Novembre a été un mois intense, et très dense, entre travail individuel, formation, groupes et stage d'hiver… alors

Merci à vous qui me faites confiance, et choisissez de partir à votre propre rencontre par des chemins parfois ardus, avec mon aide attentive, et exigeante !

Décembre est à nos portes, festif et complexe. La joie, le plaisir des temps de partage, sont modérés par la ré-émergence des liens du passé et de leurs incompatibilités, par les jeux permanents qui se refont et nous emprisonnent. Et puis, il y la solitude, l'absence, les pertes, les manques…

Sachons nous protéger quand c'est nécessaire
Osons être justes et vrais
Sachons être en lien dans des relations authentiques.


 © http://magnolias.centerblog.net/ 
Joyeux Noël à tous !

Marie CHARLES

(*) : Stage d'hiver ponctuel de thérapie animé par Marie CHARLES qui s'est déroulé du 28 au 30 novembre 2014.

[ Retour en haut de page ]


L'édito de Novembre 2014

 

«L'accession à l'autonomie se manifeste par la ibération
ou le recouvrement de trois facultés :
la conscience, la spontanéité, l'intimité». 

Eric Berne

© Marie CHARLES - Edito Novembre 2014

Une façon de regarder avec un peu d'humour la forme des transactions que chacun de nous fabrique pour obtenir reconnaissance et attention, parfois amour et tendresse. Une façon aussi d'exister, même si cette façon nous blesse, de confirmer la lecture de notre Vie et notre position dans le monde, même si cela rejoue des scénarii du passé, et une tentative inconsciente de ne pas prendre notre part de responsabilité dans des transactions directes et authentiques.

Savoir demander un geste ou un regard sans être dans la plainte ou la manipulation, savoir nommer notre désaccord sans violence, savoir refuser d'agir comme l'autre le demande sans peur, sans le lui faire payer mais avec assertivité, savoir se positionner sans se cacher ou envahir l'espace de l'autre, savoir Etre soi face à l'autre sans « jouer » avec des transactions cachées destinées à amener l'autre à faire sans avoir à demander et à nous éviter de prendre la responsabilité de la satisfaction de nos besoins.

Voilà un long et difficile programme de conscientisation
et de modification de nos façons d'Etre au monde.
C'est aussi un projet de Vie plus heureuse !

L'Analyse Transactionnelle nous aide de façon très claire à identifier ces scénarii multiples. Les intitulés de ces jeux comme : « oui mais … », « joue à stupide », « donnez moi des coups de pied », etc. nous permettent de les repérer et de les garder en mémoire afin de ne plus « jouer » ainsi mais bien d'assumer nos besoins, poser des actes clairs, et tenter au mieux des relations vraies.

© Marie CHARLES - Edito Novembre 2014

Il est évident que la seule connaissance de ces pistes donne lieu à du travail sur soi et à des choix. Avant tout, sachons que ces façons d'agir sont ancrées en nous et sont le résultat de nos apprentissages d'enfant en interaction avec notre environnement. Nous y avons appris ces manières de faire comme réponse à la satisfaction de nos besoins. A ce titre elles nous ont permis de survivre, elles sont respectables, protectrices et … handicapantes ensuite. Les amener à notre conscience nous met face à des choix : perdurer ainsi et ne rien changer sachant ce que nous faisons en conscience, ou faire autrement, choisir de modifier notre Etre au monde à la frontière de la relation, dans le respect de soi et de l'autre.

A très bientôt

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]


L'édito d'octobre 2014
 

© Photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2014«Seule l'intelligence de l'amour et de la compassion peut résoudre les problèmes de la vie». Krishnamurti 


La rentrée est passée, avec les récits de vécus légers de l’été, d’autres plus lourds, empreints des peurs de l’avenir, des douleurs de pertes, séparations, et/ou renoncements et de la conscience de ce qui est en cours, sans retour arrière, avec ce «plus jamais» en fond qui dévaste par moments notre cœur .

La connaissance du processus de deuil et des étapes à franchir, de sa durée, nous permet d’avoir des repères, d’interroger la normalité, de nous déculpabiliser face à une société exigeante qui demande vitesse de cicatrisation et réintégration d’une vie et d’une apparence sociales rassurantes pour les autres.

Et, savoir ne nous évite pas la « traversée » douloureuse, bousculante, déstabilisante de cette réalité à vivre. Que chagrin ou colère nous emportent, ils nous laissent atterrés par la douleur, et par notre incapacité à agir et réagir. Rancœurs et culpabilité, impuissance et rage se mélangent.
La plongée vers l’intensité des souvenirs, les sensations de manque et de vide nous atteignent jour après jour, et la croyance de ne jamais parvenir à en sortir émerge. Le désir de recouvrir, cacher, enfouir, éviter et  ne plus sentir, nous amène à  remplir dans une hyperactivité salutaire, ou à nous effondrer sous une couette bienfaisante malgré un sommeil qui se refuse à nous faire oublier, avec des réveils ou la réalité nous impacte encore et toujours.
Le chaos émotionnel, les manifestations somatiques, les pensées mortifères nous submergent, ….pour un temps.

Que dire des choix et des renoncements que la vie nous contraint à devoir faire, de ce nécessaire lâcher de l’autre, des projets, des rêves, de la relation installée. Que dire de nos aller-retours entre « je lâche et je retiens », afin d’éviter ce choix que pourtant nous savons devoir acter. Que dire de nos tentatives de négociation afin de reculer l’échéance de cette déchirure. Nous avons alors la conscience d’être celui ou celle qui enclenche cette traversée,  de la douleur que nous allons nous infliger et celle du processus de deuil que nous allons initier, qui va nous emporter.

© Photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2014

Le temps du deuil est long, sinueux, et- sans aucun doute – constructeur, après tous ces méandres irrationnels. Il ne s’agit pas d’oublier, bien au contraire. Il nous oblige à revoir les ingrédients de la relation. Il nous amène à ressentir le lien et donc le manque, et nous fait nous sentir vivants en douleur dans un premier temps. Il nous restructure, nous fait faire des choix, nous oblige à regarder en vérité nos comportements et ceux de l’autre, les actes d’hier et d’aujourd’hui avec les coresponsabilités en jeux, pour y trouver un sens, et souvent à revisiter notre carnet d’adresses.

Il nous fait nous définir en termes de valeurs, convictions, volontés et projets de vie à venir. Il  nous fait cheminer vers plus de stabilité, d’enracinement, de sens, sans cet « autre »auprès de nous, avec cet « autre » intégré en nous, et surtout avec un Soi renouvelé.

Il est bien naturel de souhaiter éviter ces mois de souffrance.
Et, je nous souhaite d’accepter de traverser,
avec et malgré cela, 

© Photo Marie CHARLES - Edito Octobre 2014

pour aller vers plus de Vie consciente et choisie. 
De la douleur acceptée et élaborée,

émerge la beauté de la Vie.       


Merci de votre lecture attentive.                    

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]



L'édito de Septembre 2014

«Se donner du mal pour les petites choses,
c'est parvenir aux grandes, avec le temps»

Samuel Beckett

Septembre est là, notre quotidien nous entraine déjà avec nos contraintes de réalité !

© Photos Marie Charles - Edito Septembre 2014Alors …Pour commencer cette nouvelle année, je nous propose un temps d’arrêt, court – mais sans doute récurrent – sur cette grande « plage » de possibles que les mois à venir symbolisent.

Un temps de questionnements et de réflexion. Soleil levant ou couchant, nuages, tempêtes, ou cieux paisibles ?

Qu’en est-il pour chacun de nous ?

Nos plages sont précieuses, faites de nos grains – parfois de nos galets - d’histoires de vies, de nos souffrances, réussites et acquis, joies, doutes, déceptions, de nos certitudes aussi.

 

© Photos Marie Charles - Edito Septembre 2014La Vie nous propose parfois des choix à faire qui correspondent à nos projets. Le chemin est calme, paisible. Les vagues déferlent doucement et viennent juste murmurer à nos pieds.  La joie est en nos cœurs et le monde semble pouvoir nous appartenir.
Savourons, restons vigilants à nos besoins réels, et cheminons.

 

© Photos Marie Charles - Edito Septembre 2014Mais que faire quand la Vie nous propose des axes divergents, complémentaires ou opposés, étonnants, incongrus, dérangeants, imprévus ? Quand les vagues s’écrasent sur la plage de notre vie et nous font trébucher. Nos certitudes volent en éclats, nos croyances sont bousculées, notre foi en l’avenir est mise à mal. Doutes, étonnement et  incompréhension sont de mise.

  • Allons nous user de nos croyances pour éviter ces questions ? Allons nous garder à tout prix notre confort potentiel de pensée et de vie, nos postures récurrentes, et détourner regard et cœur, pour ne pas sentir l’inconfort des incertitudes et risquer de devoir changer, évoluer, nous opposer, surprendre ?
     
  • Ou pouvons nous accueillir et accepter ces éclairages pour ce qu’ils sont : des opportunités de réflexion, d’évolution potentielle, d’ouverture à soi et aux autres, de choix à faire, peut-être, en alliant nos besoins, aux désirs, au sens, aux possibles dépassements de Soi ? Saurons-nous être curieux, Saurons nous oser, pour découvrir le sens de la question ?

 
Ténacité, courage et foi en notre
capacité d’évolution
sont et seront
nos guides au cours de cette réflexion.
Ils nous aideront dans notre processus de décision au profit
de notre croissance et de notre
authenticité avec les autres pour des liens vrais.

 

A très bientôt, à la decouverte de vos plages … quel que soit le temps !

Marie CHARLES

Retour en haut de page ]


 

L'édito de Juillet-Août 2014

Voir ce qui est
Ici et Maintenant
C’est cela la contemplation

Svami Prajnanpad

Alors … bel été à vous tous, contemplatif et actif !
 

Edito Juillet-Aout 2014 - Marie Charles

L’été est à nos portes, entre soleil et douceur.

Un rythme plus lent, des temps de « vacance » propices au vide fertile qui verra germer nos projets, l’espace pour de potentielles nouvelles rencontres avec des lieux, des paysages, des êtres. Ou, plus simplement, le temps de l’assimilation des acquis, des bonheurs à cultiver.

L’année se termine, et nous bouclons les groupes, les stages, les formations et bien sûr, les séances individuelles, juste pour quelques semaines.

Est  venu le temps des récoltes, des bilans, des  constats du chemin parcouru. Les prises de conscience nous ont permis d’initier de nouveaux ajustements qui peu à peu s’inscrivent et s’assimilent.

Pour certains a commencé la continuation du chemin d’été avec des pistes dans la continuité de leur construction. Elles peuvent nous être des guides de réflexion, méditation, expérimentations, au cours des jours à venir. Toutes parlent de cette flamme de Vie en nous et de notre part de responsabilité à la faire vivre pleinement et grandir. 

En voici quelques unes à partager …

Edito Juillet-Aout 2014 - Marie Charles
 

  • C’est la voix puissante qui s’élève par-dessus le son des tambours, pour crier « Je veux vivre! »
  • C’est oser se montrer, de chair et d’os, vibrant, en mouvement, et choisir de s’épanouir avec les autres.
  • C’est donner et faire place à l’amour vivant, en prendre soin et nourrir ce lien premier pour construire ensemble demain.
  • C’est se dévoiler et manifester ses émotions et ressentis, dire un peu plus de soi,  juste un don fait à l’autre de notre Soi humain.
  • C’est savoir regarder ce qui se perd comme sentir la douleur engendrée par le renoncement, et savoir faire cohabiter avec les joies fortes et denses de ce qui se vit dans l’instant.
  • C’est aussi l’alliance et la complémentarité des corps et des voix pour affirmer  « non à la mort et Oui à la Vie! »
  • C’est décider de prendre soin de soi, se donner les moyens de faire grandir la Vie en soi, sans injonctions majeures, juste avec le respect des besoins dénués de compensations.


Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]



L'édito de juin 2014 

 

"Oser de révéler" (*)

Sous le regard aimant de l'autre je déchiffre mon identité !

 

Photo du Stage "Oser se révéler", Mai 2014, © Marie CharlesNous avons partagé cinq longues journées denses, vivantes, parfois percutantes au gré des « révélations » pour chacun.

Se révéler à soi-même des parts de nous devant lesquelles nous détournons souvent le regard, exige un engagement vrai,
conscient et volontaire.

Décider de laisser se révéler, dans un lâcher-prise voulu, de
nouveaux espaces intérieurs, sombres, intimes, et laisser émerger
nos «zones aveugles» pour muter, contenir, transformer dans une
alchimie de groupe, est une étape encore plus profonde. Choisir de faire tout ceci sous « le regard aimant » de l'autre, exige la construction d'une sécurité de groupe faite de confiance réciproque, d'authenticité, de foi en soi, en l'autre et surtout d'une profonde conviction que le processus en marche, porté par chacun, va nourrir l'évolution du groupe et de chacun.

Nous avons oeuvré dans un soutien permanent pour que chacun trouve et amplifie son « Non » intérieur, sa capacité à se confronter, non pas pour des règlements de compte, mais juste pour que cette autorisation intégrée soit perceptible par tous, là et dans nos vies. La recherche de cette affirmation de Soi intérieure, axée, ancrée, enracinée, puissante nous a fait cheminer longuement, et là encore révéler des potentiels inconnus.
 

Photo du Stage "Oser se révéler", Mai 2014, © Marie Charles

Nous avons aussi vécu un voyage initiatique, en ouverture de conscience amplifiée, dans les méandres de nos grottes de Vie, souterraines, et habitées. Là, nous avons regardé, écouté, observé, et dialogué parfois au gré des rencontres. Certaines révélations se sont fait jour, comme un éclairage autre sur certains évènements de nos vies. De là nous avons retrouvé notre espace de Vie libre, rattachés à nos racines, et reliés à notre puissance intérieure de Vie. Chacun a gardé trace pour lui-même de ce chemin, et partagé ensuite ces parts intimes découvertes.

Cette traversée intense s'est aussi vécue au rythme des rires, des partages de plaisirs oenologiques, des révélations de talents de musiciens, chanteurs, danseurs, surpris euxmêmes. Seul le soleil nous a souvent manqué, en tout cas celui du ciel, car dans nos coeurs il était bien présent !

Merci à chacun de votre engagement, de votre ouverture de coeur, et de votre confiance, en nous…. en moi !

Marie CHARLES
 

(*) Stage résidentiel de Gestalt-thérapie "Oser se révéler". Sous le regard aimant de l’autre je déchiffre mon identité ! (lundi 26 au vendredi 30 mai 2014).
 

[ Retour en haut de page ]


 


L'édito de mai 2014 

 Image Muguet, ©  http://mariecha.centerblog.net/rub-tubes-fetes-.html?ii=1

Du Bonheur… oui, je nous le souhaite !
Et surtout la capacité de vivre en conscience les petits
instants  
de bonheur qui jalonnent nos journées !
 

 

Avril …. un mois de Savoirs et Savoir-Etre au service de notre croissance

Quelques heures d'écoute, d'apprentissage et de réflexion… C'était le «2è Sommet de la Conscience». 20 vidéoconférences sur le net, durant 9 jours, offertes par des références en spiritualité et développement personnel. Les thèmes étaient aussi variés que :

  • «La mission d'Etre» promesse de notre unification, qui alors nous permet de poser des actes justes en relation à l'autre.
     
  • «La réconciliation du masculin et du féminin en nous» et harmonie de l'horizontal et du vertical en nous, pour accueillir et nous redresser.
     
  • «Amour et sérénité par l'acceptation qui pardonne» ou comment le chemin du travail sur soi doit nous accompagner à lâcher le passé et les causes au profit de notre responsabilité de Vie.
     

De longs chemins mis en mots, en sens, en expériences et partagés, toujours avec l'exigence de la conscience à soi.

Mais aussi, quelques jours ailleurs, dans d'autres paysages, à l'écoute de moi-même.
 

Photo de la mer, ©  Marie CHARLES

 

Soleil ou nuages, toujours la mer, dans cette alchimie si nécessaire à mon ressourcement.

Plages de sable fin et son des vagues au petit matin.

 

Photo de la mer, ©  Marie CHARLES

 

Failles rocheuses et sentiers escarpés qui exigent l'effort pour les parcourir.

Vents purifiants ou douceur d'une caresse alizée.

 


Et le plaisir de marches conscientes et de repos centrés et méditatifs

  • une attention portée à chaque mouvement de mon corps et de mon âme,
  • l'acceptation de traversées physiques, psychiques ou spirituelles,
  • dans le soin de Moi et le partage de ces chemins intérieurs,
  • avec la frustration de ne pouvoir, parfois, dans cet « ici », trouver le sens,
  • mais toujours avec la Foi que ces « pas » servaient un « demain ».

 

 

Joli mois de Mai ….

Le stage qui se profile «Oser se révéler», sous le regard aimant de l'autre je déchiffre qui je suis. Le thème est en maturation, émerge peu à peu, prend couleurs et formes, densité et dimensions, racines et sens. Ce seront, sans aucun doute, des journées riches au service de la découverte de chacun et de la construction de notre Puissance intérieure. Je me réjouis déjà de ces 5 jours de traversées chaotiques et joyeuses, pour aborder des rivages plus sereins.

Marie CHARLES

[ Retour en haut de page ]



L'édito d'avril 2014

 

«Méditer ne signifie pas seulement examiner, observer ...
Il a aussi en sanskrit un sens plus profond,
Celui de devenir !»

Krishnamurti
Edito du mois d'avril 2014. Eloge du silence intime ! Marie CHARLES
 

Eloge du silence intime !


Il n’est pas rare que le bruit de nos pensées envahisse notre espace intérieur au point de ne plus pouvoir discerner qui nous sommes ni trouver de réponses nouvelles à nos préoccupations.

Souvent  la cohorte de nos émotions prend toute la place. Nos peurs nous emprisonnent, nos colères nous aveuglent, nos chagrins nous anéantissent. Toutes nous paralysent, ou nous font réagir de façon inadéquate.

Parfois l’emprise de nos sensations perturbe notre chemin, attirant notre attention sur les symptômes et nous détournant des réalités à regarder.

Alors, ...En toute conscience …
 

Laissons-nous porter par notre souffle, recueillons-nous dans notre «espace intérieur d’intimité», pour y laisser émerger le questionnement profond qui nous occupe, dans un silence plein, avec le temps nécessaire à notre cheminement.

Accueillons pensées, sensations et émotions, sans leur laisser le pouvoir de détourner notre quête. Laissons-les passer, sans y attacher plus d’importance. Juste, regardons-les avec bienveillance, laissons-les s’envoler.

Cheminons alors dans cet «ici et maintenant» sans accepter que notre attention s’évade vers des «ailleurs et autrement». Observons juste ce qui se manifeste sans juger, sans filtrer. Ecoutons notre dimension intérieure source de Vie. Entendons autrement nos aspirations de Vie, et décidons de les accepter.

Laissons rancœurs, peurs et tristesses se dissoudre, s’apaiser un instant. Observons comment notre corps et notre cœur réagissent à toute nouvelle Voie qui se propose à nous. Plume légère ou poids lourd ? Joie en soi ou refus profond ? Envie ou rejet ?

Alors,  émergera le temps de l’Evidence, à savourer. Le «Je sais» pourra se faire entendre alors, pour des actes à poser, constructeurs de notre «A venir».

Marie CHARLES
 

[ Retour en haut de page ]

 


L'édito de mars 2014

 

Illustration édito Mars 2014 - Marie Charles «Qu'est ce que l'âme ?
L'âme est conscience.
Elle brille comme la lumière dans le cœur»


Brihadaranyaka Upanishad


Engagement et implication
 

Quelques mots des derniers jours de février qui, entre autres temps riches et parfois bousculants, ont permis un chemin magnifique dans le cadre de la formation en AT :

  • Le travail de chacune sur son histoire, à partir des «Injonctions» qui ont conditionné notre façon d’Etre, ainsi que sur la mise en œuvre des «contre-injonctions» pour modifier ce conditionnement, a été un moment de connaissance et de partage émouvant, profond, intense.
     
  • La découverte des «Drivers et des «Processus scénariques mythiques» qui influencent notre regard sur nous-même, sur le monde, et la lecture que nous avons des évènements, a permis à chacune de s’y reconnaître, et de  repartir avec une «Permission», simple, puissante, claire, sur laquelle s’appuyer pour être actrice de son évolution et ajuster sa cohérence intérieure dans les mois à venir.
     
  • Un moment ludique au travers de cartes initiatiques et symboliques nous a permis de vivre un rare temps de pure conscience, dans l’ici et maintenant, et de le faire évoluer et grandir au long de ces trois jours.
     

Conscience et Présence
 

«L’instant Présent» porte en lui qui nous sommes et qui nous serons.

  • De lui,  nous pouvons nous retourner et  faire émerger notre passé, le regarder, sans nous y perdre,  puis le dissiper par notre présence au «maintenant».
     
  • De lui, nous pouvons nous projeter dans notre «A venir», et, nous le construisons à partir de notre présent, tels que nous sommes aujourd’hui, pour demain.
     

Observons tout cela, en pleine conscience,  sans jugement, sans critique envers nous-même. Soyons jute là, pour constater,  sentir et ressentir, nous regarder et nous penser, puis nous laisser écouter, entendre, notre intuition de nous.

Oeuvrons pour amplifier notre Présence à nous-même avec bienveillance et tolérance, ce qui nous aidera à être justes avec l’autre.

Accueillons et acceptons ce qui est, douloureux ou joyeux, et vivons le pleinement  pour traverser avec courage, confiance et renforcer notre estime de Soi.

Ces quelques lignes sont le fruit – très synthétique - d’un autre grand moment que j’ai eu le plaisir de vivre, et savourer… celui d’un séminaire guidé d’expériences en conscience. Une rencontre avec des « êtres-guérisseurs » à la fois psychothérapeutes et guides. J’y ai expérimenté une amplification de conscience à moi-même et donc une relecture de l’accompagnement thérapeutique possible auprès de ceux qui me font confiance. Une recherche d’harmonisation plus complète du psychologique et du subtil en chacun de nous. 


Merci pour votre curiosité et votre fidélité à cet édito, à mon site, et à moi-même !

Marie CHARLES

Retour en haut de page ]


 

 

L'édito de février 2014 
                                       

«Tel que vous êtes ici et maintenant, vous êtes unique
Vous n’êtes jamais le même, Vous ne serez jamais le même
Ce que vous êtes maintenant vous ne l’avez jamais été
Vous ne le serez jamais plus»


Swami Prajnanpad
 
 

«Je ne sais pas …. »
 

Illustation édito Février 2014 - Marie Charles


Ce mois de Janvier a souvent été bercé par ces mots au rythme des traversées de chacun. Quatre petits mots, dits avec simplicité, tout en gardant le lien. Des petits mots qui, au lieu de faire émerger la peur, rassurent et permettent une relation aussi égale que possible entre le thérapeute et l’accompagné.

Mais encore ?

Il y a les « je sais pas » des enfants, apeurés, boudeurs, en colère, impactés par leur incapacité à répondre aux questions, aux attentes des « grands », soumis alors au risque de déplaire, d’être mal  jugés, de ne plus être regardés, reconnus, aimés.

Il y a les « je ne sais pas » des plus grands, qui engendrent  peur, culpabilité, honte. Ceux qui  les font se replier, ou au contraire renverser des montagnes pour tenter de Savoir, tout, toujours, partout, en toutes circonstances… contrôler afin de ne surtout pas glisser dans cette faille du non-savoir, qui les renvoie à leurs peurs d’enfants.

Il y a les « je ne sais pas » qui angoissent, parce qu’ils sont émis par des Figures, celles que chacun investit d’un Savoir et donc de réponses. Leur silence nous laisse démunis, apeurés.

Et puis il y a les « je ne sais pas » avec lesquels j’aime travailler et que je sème quand ils sont entendables et source de chemin en co-responsabilité : 

  • ceux qui disent combien, en toute authenticité, je ne peux savoir pour l’autre … que je ne suis pas lui/elle, que je ne suis pas dans son cœur, son corps, sa tête, que nos vécus diffèrent. Je ne peux qu’être là, présente, à l’écoute de votre vérité, avec bienveillance.
     
  • ceux qui rassurent. Je ne sais pas plus et mieux, ni ne devine, interprète, évalue. J’ai des outils, une expérience, un savoir-faire et un savoir Etre au service de cette quête de Soi. Je peux parfois me tromper, comme chacun.  Et nous réajustons alors. Nous sommes juste en chemin, ensemble.
     
  • ceux qui permettent à chacun de se vivre dans une relation avec moi plus « égale », juste humaine, humble, simple, authentique. 


Notre rencontre se vit,  ici et maintenant, avec nos différences, engagés ensemble dans le processus thérapeutique.
Je ne sais pas pour vous, mais je sais chercher avec vous.

Marie Charles

[ Retour en haut de page ]



L'édito de janvier 2014                                     

« Partout où joue une touche de couleur, une note d’un chant,
Une grâce de la forme, c’est un appel à notre amour.»

 

  Avant toute chose Très belle année à tous !

  A la fois une nouvelle année commence
  Qui, probablement, sera dans la continuité de la précédente,
  Au moins en ce qui concerne notre quête de nous-mêmes
  Et notre recherche d’ajustement dans les relations.

 

L’évènement passé marquant a été le stage d’hiver, qui s’est déroulé dans un cadre où nature et énergies s’allient au profit d’une vraie « plongée » reconstructrice. Une fois encore douleurs passées et partages réparateurs dans le présent se sont complétés. Une fois encore nous avons su faire s’harmoniser nos pensées, nos émotions et nos expressions corporelles. Danse, mises en situation, expérimentations de centrage, travail énergétique se sont vécus pleinement pour «un pas de plus» vers nos autonomies respectives.

Merci à tous pour votre engagement plein et entier.

Et puis, j’ai le souhait d’ouvrir cette année 2014 avec un thème nouveau : le Reiki. Une pratique à laquelle je me suis formée.

Cette approche permet d’harmoniser et de dynamiser nos énergies intérieures, de soulager les tensions, de mettre de la fluidité entre toutes nos dimensions d’Etres Humains. Elle se pratique allongée, par une simple pose des mains, légère et respectueuse, du praticien sur des zones pré définies, et selon les besoins identifiés.

A très bientôt sans doute…

Marie Charles

____________________________________________

Quelques informations sur le Reiki :

Le Reiki, traitement holistique s'est répandu dans le monde dans les années 1980, par Madame Takata. Son fondateur, Mikao Usui sensei, a développé cette forme de soin après un satori (illumination, fusion avec les énergies de l'Univers) en 1922, sur le mont Kurama, après 21 jours d'ascèses intensives.

Ce qu'il appela Reiki (force de vie, ou énergie universelle), lui fit créer un système, le "Usui Reiki Ryoho" (méthode de soin Reiki de Usui) élaboré à partir de 5 éléments: méditations-soins-initiations-mantras-Préceptes de vie.

En savoir plus :
=> Association Mahayana Reiki, créée en juillet 2002, a pour objet de faire connaître les bienfaits du Reiki Usui.
=> Pascale Lemaire, Présidente et créatrice de l’Association, et stages de Don Alexander :
http://www.usui-reiki-gokai.com/

[ Retour en haut de page ]




L'édito de décembre 2013

«Chaque être vivant est distinct et différent.
Mais lorsque nous levons le voile de la différence,
nous voyons l’unité de tous les êtres»

 Svetasvatara Upanishad (entre 400 et 200 av. JC) (*)


Ce mois commence par un stage ponctuel de thérapie, en résidentiel.
Une fois encore j’ai eu le bonheur de «plonger» au cœur des Histoires de chacun et d’accompagner les «petits pas de plus» qui mènent à une plus grande connaissance de soi, à la différenciation et à l’autonomie, et donc à la possible rencontre avec les autres. Des rencontres entre des êtres différents et semblables à la fois, des autres qui se ressemblent au plus profond de leurs questionnements, de leurs doutes, de leurs peurs, de leurs colères et de leurs joies. Je me réjouis déjà de ces traversées uniques et partagées avec courage et humilité par tous au cours de ces journées… souvent aussi  au long des soirées tardives de quête intérieure, entre larmes et éclats de rire.

Ce mois finira par les fêtes de Noël et pour chacun de nous des moments intenses parfois heureux, festifs, chaleureux et emplis de tendresse. Parfois solitaires et tristes… qui nous ramènent à la douleur de vies blessées. Lumières et promesses multiples éclairent nos rues, nos écrans, nos rêves et réveillent les manques, les absences, les besoins et les désirs. Seront-ils satisfaits ? Nourris ? Apaisés ?  Ou seront-ils juste comblés, afin de ne pas trop sentir la pointe de vacuité et le soupçon de perte de sens qui émergent parfois, malgré nos tentatives variées pour les tenir à distance ?

  • Je nous souhaite que ces journées soient riches et douces.
     
  • Que nous décidions de nous confronter à nos peurs et les dépasser
     
  • Que nous prenions le temps d’écouter nos chagrins, et de les reconnaître
     
  • Que nous osions entendre et contenir nos colères pour les muter
     
  • Que nous fassions émerger la beauté des liens vrais et authentiques
     
  • Que nous sachions ressentir et célébrer les instants de joie profonde de nos Vies

 

Marie CHARLES

(*) Les Upanishad sont l’ensemble de textes philosophiques qui forment la base théorique de la religion hindoue.

 

[ Retour en haut de page ]





L'édito de novembre 2013
 

Rencontres, liens, relations, ajustements …

«Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même»
Jiddu Krishnamurti

Rencontres, liens, relations, ajustements … L'édito de Marie Charles - Novembre 2013

Les semaines passées ont  été très emplies de tous ces thèmes. Nous avons vécu des débordements, des engouements, des relations fortes et denses, parfois des blessures qui faisaient résonner « ici et maintenant »  le passé de chacun,  des Histoires « d’ailleurs et d’un autre temps ». Et, avec courage, volonté, engagement et ténacité,  nous avons continué à grandir, évoluer, progresser, avec et malgré ces écueils douloureux.

Novembre commence entre formation en Analyse Transactionnelle, et stage d’hiver résidentiel. Encore et toujours le thème des relations, de la rencontre avec  l’autre miroir de Soi, Histoires en résonance au service d’une meilleure connaissance de Nous-mêmes….

Re-connaissance de nos ombres, de nos monstres intérieurs si difficiles à regarder, que nous tentons souvent d’éviter, ou de juguler, et qui demandent  pourtant à être connus et apprivoisés.

Respect de nos parts de  lumière, qui embellissent nos vies et nous donnent de l’espoir, que parfois nous avons du mal à admettre et à les laisser apprécier par d’autres.  

Alors notre petit espace de  liberté serait à ce prix ?  Celui de la responsabilité de nos choix, de nos actes et de leurs conséquences. La conscience que le pouvoir que l’autre prend parfois sur nous dépend aussi un peu de nous et de nos décisions. Les ajustements sont parfois possibles, parfois pas. Oui,  il faut du courage pour regarder en face ces réalités, faire avec et cheminer, non pas dans la croyance d’un monde facile et illusoire, mais bien dans la réalité contraignante de nos vies, de nos personnalités, de nos rencontres, et des répétitions de scénarii de vie.

Alors, que Novembre nous permettre encore plus de conscience à Soi et de respect des espaces de Vie de chacun !

Marie Charles

[ Retour en haut de page ]




L'édito d'octobre 2013

 

«On ne force pas une curiosité, on l’éveille» !


Eveillez vous, soyez curieux !
 

Eveillez vous et soyez curieux !! Edito du mois d'octobre - Marie Charles

Octobre ... déjà…

Et comme promis quelques échos …

Pour les nouveautés annoncées le mois passé, il vous suffit de regarder cette page d’accueil pour en voir les matérialisations : stage ponctuel, formation AT second module

Du plaisir à partager en perspective !  Bien sûr séances et groupes ont repris, avec leur rythme spécifique.

Et puis, pour faire vivre cet édito je me propose de vous faire partager chaque mois une ou plusieurs expériences, rencontres, lectures… selon le cas, et ouvrir ainsi à des questionnements, remises en perspectives, comme je le fais moi-même.

Au delà de l’approche thérapeutique classique, je propose d’autres regards et pratiques depuis longtemps maintenant. Parfois en séances individuelles, le plus souvent en Groupe,  Sophrologie, relaxation, Reiki, rêve éveillé, ouverture de conscience, font partie des chemins empruntés pour se trouver soi-même, en vérité.

Un autre regard ?

La semaine passée j’ai eu le plaisir d’assister à une conférence sur la pratique des Mantras Tibétains organisée par l’INREES avec Sofia Stril-Rever. La Mantrathérapie, appelée aussi Méditation tibétaine par le son (Tibetan sound meditation, TSM) est présentée dans le premier traité de médecine tibétaine datant du 8ème siècle. Oui, si loin ! Ce joli moment de partage de son expérience, de ses quêtes, du parcours de ses Maîtres,  mais surtout ce temps hors du temps, au cours duquel nous avons expérimenté et senti la puissance des sons, a été un plaisir profond.

Et, l’intérêt est aussi celui de la philosophie qui sous-tend cette pratique. Comment notre culture, pragmatique, rationnelle, si cartésienne, peut elle appréhender autrement le corps, les différents niveaux de l’esprit, la conscience comme antérieure à la matière … vaste sujet.

« Alors que le corps physique ordinaire nous contraint au champ défini par nos consciences sensorielles, ….d’autres corps plus subtils visualisés en méditation et activés par la récitation de mantras nous feront réaliser notre interdépendance avec toutes les formes de vie et la vibration en nous de l’énergie universelle. »  

«On ne force pas une curiosité, on l’éveille» !

Marie Charles

[ Retour en haut de page ]



L'édito de septembre 2013
 

Marie Charles, psychopraticienne et  Gestalt-thérapeute, Superviseur et Formatrice.Septembre déjà …

Les mois de vacances sont finis. Nous reprenons nos activités et notre rythme plus habituel.

Le travail thérapeutique reprend aussi, sous toutes ses formes, toujours à la rencontre de notre Soi et des Autres.

Vous découvrez dans ce site une nouvelle rubrique : L’Edito mensuel !

Il sera l’espace dédié aux informations pratiques, aux découvertes thérapeutiques ou autres, aux annonces diverses qui concernent le cabinet, mais peut être aussi des évènements à partager. Il évoluera au fil du temps.

Ce mois ci ce sont surtout des nouvelles factuelles :

 

D’autres projets sont en cours, que vous découvrirez au fil de l’année.

Bonne rentrée à tous !

Je me réjouis de vous retrouver … et/ou de vous rencontrer.

Marie Charles

[ Retour en haut de page ]

 

 [ Retour aux éditos 2017,2016...