Questions-réponses

 

Tout ce que vous aimeriez savoir pour décider !

mais que personne ne vous a jamais expliqué ?

 

Cette démarche vers une psychothérapie peut être l'aboutissement d'un désir personnel : celui de mieux vous connaître, d'évoluer... ou bien vous être imposée par les évènements, proposée par votre médecin traitant, être la réponse à un  besoin urgent d’aide. Il n’en reste pas moins que la décision de prendre rendez-vous avec un thérapeute est difficile. Elle est souvent précédée d’une période de questions de toutes sortes, auxquelles il est complexe d’obtenir des réponses claires.

Dans cette rubrique j’ai imaginé les questions les plus classiques, et j’y apporte quelques réponses, qui, je l’espère, vous seront utiles. Il vous suffit de cliquer sur la question qui vous intéresse, et … bonne découverte !

 

Pourquoi j’irai faire une psychothérapie ? je ne suis pas malade, ni fou !

C'est vrai, et le psychothérapeute est - avec d'autres - le spécialiste des difficultés relationnelles, des "maux de l'âme". Les causes sont multiples, toujours liées à des difficultés qui créent de la souffrance.  J’en citerai quelques unes :

  • angoisse, inquiétude, peur du lendemain, et vous assumez difficilement votre quotidien
  • vous perdez votre capacité à profiter de la vie, à la savourer. Vous vous sentez fatigué(e), triste, déprimé(e) sans savoir vraiment pourquoi
  • vous avez peu confiance en vous, votre estime de vous-même est faible, et cela vous empêche d’avancer, de construire, d’évoluer.
  • vous êtes à la fois fragile et solide, vous vous savez capable, mais ne parvenez pas à  réaliser vos projets.
  • des évènements imprévus et douloureux vous obligent à faire des choix, et vous restez indécis(e)
  • vos relations familiales, amicales, sociales sont source d’angoisses, et d’insatisfactions. Des conflits se répètent, sans que vous en compreniez la cause et sachiez comment les éviter, les gérer.
  • votre passé ré-émerge, envahit votre présent, et vous ne pouvez pas  dépasser les deuils, les pertes,  les renoncements qui y sont liés....
  • etc.

Le thérapeute vous aidera à identifier et à nommer ce qui fait problème, puis à trier, analyser, choisir, et trouver comment améliorer votre situation. Il sera une écoute bienveillante, sans jugement, au service de la mise en œuvre de vos objectifs.

 

Je ne comprends rien à tous ces psys…. ! c’est quoi les différences ?

 oui, d'autant que les choses changent sans cesse. Tous, nous avons souhaité que ces métiers soient clairement identifiés....et 

Je comprends que ce soit difficile de s’y retrouver : alors faisons court

  • Un psychiatre, est un médecin,  spécialiste du cerveau et  des maladies mentales. Il est le seul habilité à vous donner des médicaments, et le seul remboursé par la sécurité Sociale. Sa formation est Universitaire. Il n’a pas, dans ce cadre,  l’obligation d’un travail sur lui-même, ni de formation à la psychothérapie. Mais il a le droit légal de se nommer psychothérapeute.
  • Un psychologue, se forme à l’Université de Psychologie. Il est spécialisé en sciences humaines, en psychologie. Il aide à l’évaluation des QI, des maladies mentales, des difficultés de chacun,  et intervient au sein d’équipes en institutions ou milieux hospitaliers, éducation nationale, etc. Il n’a pas, dans ce cadre,  l’obligation d’un travail sur lui-même, ni de formation à des psychothérapies spécifiques, sauf à se former par ailleurs..
  • Le psychanalyste se forme - en institut privé  - à la Psychanalyse, une théorie et une méthodologie traitant de l’inconscient, à partir de la pensée de Freud. Il a l’obligation d’un  travail sur lui-même, en Psychanalyse. La forme la plus classique est celle du « divan », même si cela a beaucoup évolué, en face à face. Il vous accompagne sur le chemin de votre passé, la symbolique de vos rêves, le sens des évènements.
  • Le psychothérapeute et le psychopraticien se forment également en institut privé, après un travail sur eux même. Selon la pratique choisie (AT, Gestalt, PNL …) , ils suivent un/des cursus entre 5 et 7 ans, au cours desquels ils acquierent un savoir théorique sur la psychologie générale et  la pratique proposée, une connaissance en psychopathologie, une expérience des outils et de l’écoute thérapeutique.
    • les différences entre eux sont liées à l'expérience, aux formations complémentaires, à des exigences complexes que je vais vous épargner

Bien sûr, il est possible d’être plusieurs de ces « professionnels » en même temps, selon les formations diverses suivies.

 

Il existe plusieurs types  de psychothérapie. Comment s’y retrouver ? 

Alors tentons de clarifier les choses. Vous trouverez différentes approches  :

  • les approches Analytiques

Elles sont influencées par la psychanalyse (de Freud, de Jung ou d'autres), travaillent avec la  notion d’inconscient et centrent  leurs efforts sur les liens entre les difficultés actuelles et les expériences passées. 

  • Les approches Cognitivo-comportementales

Elles  proposent d’observer objectivement, d’analyser les comportements et les pensées inadéquates nées de nos croyances, des contraintes auxquelles nous avons été soumis… Le travail se fait sur des problèmes concrets, précis. On ne cherche pas les causes, on met plutôt l’accent sur ce qui est modifiable, sur les solutions, et la mise en action de nouveaux comportements. (ex : PNL. programmation Neuro linguistique)

  • Les approches Existentielles et humanistes (ex. la Gestalt)

Elles  s’appuient sur les capacités de l’être humain à gérer son existence et à se réaliser pleinement. Le thérapeute entre en relation avec un client et non un patient. L’accent est mis sur les prises de conscience des difficultés et des forces de la personne, et sur l’ici-maintenant. Le thérapeute favorise l’exploration de soi et l’expérimentation de nouvelles façons d’être ou d’agir.

Thérapies humaniste par la Parole 

La relation de confiance, d’intimité et de sécurité avec le thérapeute est fondamentale. Elles favorisent  les prises de conscience qui mèneront à des changements de comportement et d’attitude. On utilise diverses techniques : visualisations, jeux de rôles, dessin, analyse des rêves

    • Les thérapies psycho corporelles
      Elles agissent sur le psychisme par l’intermédiaire du corps et font émerger les passés enkystés. : avec le respiration (ex. :respiration holotropique, rebirth); avec le corps en mouvement (ex. : bioénergie);  Avec les mouvements oculaires pour des traumatismes précis  (ex. : EMDR).
    • La thérapie Transpersonnelle
      Elle s'intéresse aux « états non ordinaires » de conscience et a pour objet la « pleine réalisation » de la personne.
    • L’art thérapie
      Elle fait appel à la créativité de chacun. Par le dessin  la danse, la musique, etc. – et sans connaissance spécifique – la personne va laisser émerger ce qui se cache au fond d’elle-même. Ces approches font appel aux diverses dimensions de l’être et mettent en oeuvre l'imagination, l'intuition, la pensée et les émotions.
  • Les approches Systémiques

Elles s’intéressent aux interactions avec l’entourage (famille, amis, équipe de travail, etc.).. L'objectif est de modifier les relations entre l’individu et son entourage. On s’attardera alors aux modes de communication, aux habitudes de vie, aux attentes respectives, aux rapports sociaux, etc. Des exemples : Le psychodrame, la psycho généalogie, les constellations familiales.

 

Comment je choisis le psychothérapeute ?

Déjà renseignez vous auprès de votre réseau relationnel, de votre médecin, et surtout promenez vous sur les sites web qui référencent des thérapeutes sérieux,  sur des critères professionnels vérifiés et clairs. Vous y trouverez des renseignements précieux sur les méthodes, les avantages, et des annuaires spécialisés. Pour exemple :

Au premier rendez vous,  

  • vérifiez si la confiance est possible avec cette personne là,
  • observez si vous êtes « à l’aise » et entendu(e) dans cette relation,
  • regardez le cabinet, les objets qui vous entourent et vérifiez votre ressenti
  • Posez des questions…. Vous en avez le droit !
  • Et faites vous confiance !
  •  
Est-ce qu’on doit en voir plusieurs pour choisir ?

C’est une bonne stratégie. Si elle est raisonnable bien sûr.  Une thérapie est un « embarquement » à deux pour un bon  moment d’intimité psychique, mieux vaut bien  choisir! Rencontrer deux ou trois thérapeutes, avant de décider, est une bonne approche, mais non indispensable si vous êtes sûr(e).

Vous pouvez vérifier à la prise de rendez-vous téléphonique si le premier entretien est gratuit ou à prix réduit… ce qui est souvent le cas. C’est le choix d’être tous deux libres de vos choix. Vous, en fonction de ce que vous ressentirez.  Et pour  le thérapeute, la liberté de vérifier,  selon la problématique amenée, sa capacité à vous accompagner. 

 

 
Est-ce que c’est déstabilisant pour moi,  mon couple, mon environnement ?

Déstabilisant ? Probablement ! Au cours de cette traversée, vous allez identifier les causes de vos difficultés, découvrir des traits de votre personnalité et le pourquoi de leur mise en place, regarder votre façon d’être en relation aux autres. 

Ce qui vous fait souffrir, vous allez le faire évoluer, et donc modifier des choses habituelles. Ces changements auront des répercussions sur votre quotidien, sur vos proches, … et,  les changements peuvent être riches, intéressants, constructifs, pour tous. Cela exigera sans doute, que chacun accepte de se remettre en cause… un peu… beaucoup .. ! Vous allez redéfinir vos priorités et chercher – avec votre environnement personnel, social, professionnel – des ajustements nouveaux, plus satisfaisants pour vous et pour les autres.

Et, faire une thérapie n'est pas synonyme de séparation, divorce, rupture, etc. sans doute les habitudes vont être bousculées, et la tempête sera parfois là pour faire tanguer le "bateau". Tout thérapeute aura à coeur de vous accompagner dans ces passages, sans décision majeure, tant que vous ne saurez pas exactement ce qui'il est possible de faire évoluer et ce que vous voulez. 

 ce qui est sûr c'est que votre thérapie ne fera pas changer les autres ! sauf s'ils décident d'évoluer avec vous.

 

La relation thérapeutique, c’est quoi exactement ?

D’abord c’est une relation entre un professionnel et un client, et une relation entre deux êtres humains, une rencontre. La plupart du temps, elle sera hebdomadaire, pendant un temps plus ou moins long. Vous allez dévoiler les choses de votre vie, votre façon d’Etre, c’est donc une relation « intime » qui va se construire. Intime et distanciée. D’où l’importance de la confiance, dans un lieu qui vous convienne.

Chacun des deux a son histoire, ses valeurs, ses convictions, ses croyances, etc… L’un va mettre son expérience, son savoir faire, son savoir Etre, et  sa connaissance de lui même, au service de l’évolution de l’autre. Cette relation se construira au fil du temps.

 

Qu’est ce qui me permettra d'être en sécurité dans cette relation ?

Plusieurs éléments très clairs, qui font partie du « cadre »thérapeutique » qui peut varier selon le thérapeute :

  • La confidentialité entière. Rien de ce qui sera dévoilé dans le cabinet ne sera nommé ailleurs par le thérapeute. Son engagement sera d'être à vos côtés, si vous souhaitez dire, agir et avez besoin de son aide, de son soutien . Sa seule obligation légale est de dévoiler les maltraitances et abus sur mineurs, dont il pourrait avoir connaissance. Il le fera avec vous, dans le respect de vos priorités, pour votre protection ou celle de votre environnement. 
  • La juste distance entre vous. Cette distance est d’abord faite de respect mutuel, et du respect de votre histoire, de vos souffrances, de vos ressentis. Les relations autres que professionnelles ne peuvent avoir leur place dans ce cadre, et cette réalité permet la juste proximité.
  • Le professionnalisme  du thérapeute, sa formation, son travail personnel, sa connaissance de techniques spécifiques, sa capacité d'analyse et de recul, au service de votre cheminement.
  • Sa déontologie, qui lui fait respecter un code professionnel, avec des règles et des engagements vis à vis de vous, (Cf: les 2 codes auxquels je me réfère et j'adhère : le Code de déontologie SNPsy  (Syndicat National des Praticiens en Psychotérapie) et le Code de déontologie de l'EPG (Ecole Parisienne de Gestalt)).

  • Son implication à être à votre écoute, son désir de découvrir votre vision du monde, sans jugement, sans étiquetage, sans généralisations, juste là, à vos côtés. Son authenticité aussi, pour nommer bien sûr  ses compétences et ses limites ! mais aussi pour interagir avec vous et vous aider ainsi à cheminer en Vérité. 
  • L’interdit de « passage à l’acte »…. Physique, verbal, sexuel… de la rupture brutale, la disparition sans explication,…pour préserver cet espace de liberté de parole. Et cela pour vous deux. Se dire "au revoir" et pouvoir se dire pourquoi chacun agit en réaction, est un cadeau perdu dans notre société. Les coupures, ruptures, disparitions sans mots, sont fréquentes, et laissent chacun dans un vide douloureux.
  • Son engagement, à travailler sur lui – encore et toujours – pour le moins en supervision, avec des professionnels plus expérimentés qui l’aident à analyser, chercher de nouvelles pistes, se différencier, … poser ses ressentis, ce qui lui permet de  différencier – dans ce qui se travaille en séance – ce qui  peut entrer en résonnance dans sa propre histoire. En aucun cas il ne parlera de vous, mais de lui en relation avec vous.

 

Combien de temps dure une thérapie ?

La réponse à cette question est complexe. La durée est extrêmement variable selon la raison de votre  demande, votre problématique,  vos besoins, vos motivations, vos objectifs. Etc. ….
L’essentiel  c’est que tout travail thérapeutique est en co-responsabilité, et que vous aurez l’occasion d’en reparler avec votre thérapeute, au fur et à mesure. Et puis vous avez le droit d’arréter ce travail quand vous le souhaitez. Il est préférable que ce soit d’un commun accord avec votre thérapeute, ou, tout au moins, après un échange sur votre vision de votre progression et les raisons de votre décision. Tout parcours thérapeutique va présenter des phases de « résistance » qui doivent être analysées ensemble, et traversées.
 L’important est que ce soit fait en conscience, avec des arguments qui ont du sens, et non pas de façon réactionnelle et/ou émotionnelle.

 

Combien de temps dure une séance ? 

Selon le thérapeute, la séance dure de 30 mn à une heure. Voire plus en cas de besoin spécifique iu de contexte particulier (distance, mobilité ....)

 

Combien coûte une séance de thérapie?

Les prix sont très variables d’un psychothérapeute à l’autre.

  • La tranche tarifaire se situe entre 40 et 90 euros la séance individuelle – parfois plus
  • La journée de groupe se situe entre 90 et 130 €,

Le paiement se fait habituellement par chèque ou en espèces, à chaque séance.

Il faut savoir  qu’un psychothérapeute professionnel officiellement déclaré en exercice libéral reverse autour de  50 % de ses recettes en charges sociales, taxes et frais professionnels, ou plus.
 

 

Est-ce remboursé par la Sécurité sociale ou les Mutuelles ?

La plupart du temps, non, cela ne l’est pas. La psychothérapie n’est pas une pratique médicale. Seuls les psychiatres, qui sont des médecins,  - et les médecins psychothérapeutes, sont  remboursés par la sécurité Sociale, pour leur pratique.

Certaines mutuelles commencent à prendre en charge une partie de ces pratiques, avec une attestation que tout professionnel déclaré sera en mesire de vous établir. 

 

Pourquoi parlez-vous de clients et pas de patients ?

Pour une  raison  simple  : en thérapie, la rencontre se fait entre deux adultes, responsables, conscients et volontaires. L'objectif de ce travail sera de vous aider à prendre conscience des causes de vos difficultés, puis à assumer les responsabilités de vos choix, et leurs conséquences.

Les patients, dans le milieu médical, sont soumis au diagnostic, pronostic et traitement proposé par le médecin. La plupart du temps ils ne comprennent pas le langage, le pourquoi et le comment, et ont du mal à obtenir de vraies réponses à leurs questions. Ils subissent une proximité non souhaitée, des actes douloureux et intrusifs « pour leur bien ». Ils sont parfois regardés comme porteurs de leur maladie, et non comme des Etres responsables. 

En thérapie, humaniste en tout cas,  le client est un être qui va devenir acteur de son devenir, il va nommer, investir la relation, amener la « matière » nécessaire au travail thérapeutique, faire ses choix après en avoir étudié les bénéfices, les inconvénients. il sera partie prenante dans toute la démarche.

 

Si vous deviez illustrer la thérapie, vous diriez quoi ?

Souvent, lors de la première rencontre, je prends l’une de ces illustrations :

La montagne escarpée: au tout début de notre rencontre, nous sommes au pied de cette montagne. Je ne peux que l’imaginer, parce qu’elle est Votre montagne, celle de votre vie, de vos expériences : haute, et inquiétante. Par endroits il y a des chemins, parfois pas. Il y aura des crevasses, des plateaux, des ruisseaux, des glaciers,  de la végétation, des abris, de la neige, du vent....
Nous aurons à découvrir, observer, contourner, traverser,  identifier en détail tout ce qui la compose.
J’ai le matériel : les crampons, les cordes, les protections…. Mon sac à dos,  avec dedans ma connaissance de ces parcours et mon expérience  des outils à utiliser selon la situation.

Je cheminerai  avec vous, je vous aiderai à franchir les passes difficiles,  je vous soutiendrai, vous indiquerai les prises possibles,… mais vous allez devoir marcher, pas à pas, quelle que soit la dureté du chemin. Je ne porterai pas votre sac à dos,  ni ne pourrai faire  le chemin à votre place. Je vous montrerai, vous attendrai, et serai là pour grimper au sommet, ..à vos côtés !

La forêt Amazonienne : lors du premier entretien nous allons  évoquer vos difficultés, lourdes, pesantes, complexes, …nous sommes devant cette forêt. C’est la votre, et vous seul(e ) en connaissez les éléments. C’est un amas d’arbres immenses, de végétation touffue, et pas de chemin visible. Il y a les bruits, les cris, le silence. Il y a les choses que l'on voit, et les autres. bien souvent l'imaginaire dépasse la réalité!
Nous allons devoir y entrer, faire notre chemin, avec prudence, être attentifs à ce qui nous entoure.  Nous devrons tracer notre route avec courage. Sans doute croiserons nous des êtres inquiétants, que nous apprendrons à connaître, reconnaître, apprivoiser peut être, ou à les éloigner.
J’ai les outils,  l’expérience de ces traversées, le savoir faire.

Je me battrai avec vous contre vos démons, mais je ne ferai pas  cette traversée à votre place. Je serai là avec vous..Nous allons cheminer ensemble, dans votre espace inquiétant, et aller vers la lumière.

L’archéologue de l’âme : cette image ne répond pas à ce qu’est la thérapie dans son ensemble. Mais je l’aime pour parler de la délicatesse et de la ténacité nécessaires parfois – souvent – pour faire émerger l’histoire et le pourquoi des souffrances. Les œuvres anciennes, enfouies, nécessitent d’être mises à la lumière du jour avec des gestes doux, du temps, et des pinceaux à sable comme outils, plutôt que des pioches et des marteaux. Sinon, peut-être pourrons nous extraire ce qui a été enfoui, mais cassé et irréparable. 

Alors.. patience, ténacité  et courage !      c'est un chemin ardu mais la lumière y est magnifique !

 

Témoignages

Gestalt thérapie : témoignageMarie Charles ...une femme brillante dans son unicité, avec une ouverture de coeur infinie, un esprit vif et foisonnant, une présence entière et juste. Une thérapeute qui ne vous "lâche pas", toujours à vouloir aller plus loin dans la découverte de soi. (HC)

[ Lire tous les témoignages... ]

Lorsque je suis arrivée chez Marie, j'étais habitée par le désarroi, les peurs, les à-priori. Deux bras animés par le Coeur ont compris, accepté, accueilli tout cela, dans un sourire et une bienveillance d'emblée réconfortante. (CC)

[ Lire tous les témoignages... ]